navigation

Contes de la goutte de miel de Krystin Vesterälen 3 juillet 2012

Posté par Koko dans : Chroniques : Conte,Chroniques : Fantastique,Services de presse/Partenariats , 2 commentaires

Contes de la goutte de miel de Krystin Vesterälen dans Chroniques : Conte 63125897823512

Les contes sont venus, les contes vous arrivent, les contes poursuivent leur chemin ! Être conteuse, c’est être passeuse ! Les contes de ce recueil vivent dans l’oralité et dans la mémoire des Hommes. Ils continuent leur vie en entrant par vos oreilles, dans votre imaginaire et ressortent par votre bouche pour entrer dans d’autres oreilles. Loin de toute rationalité, ils vous autorisent à rêver, à vous évader. Vous devenez le héros, l’héroïne d’histoires venues, il y a bien longtemps, de l’ancienne Russie, de l’Estonie, de Slovénie, de Pologne, de Tchécoslovaquie, de Roumanie, d’Arménie, de Hongrie, d’Albanie, de Tasjistan…

 

Edition Les 2 encres
Paru le 01/01/12
150 pages
14.70 euros

 

Mon avis :

Merci à Karine de Club de Lecture et à Krystin Vesträlen (super dédicace!) pour ce partenariat !

Ce recueil regroupe au total 42 contes. 18 de Russie, 10 de Tchécoslovaquie, 4 de Pologne, 3 de Roumanie, 1 de Bulgarie, 1 de Hongrie, 1 d’Albanie, 1 du Tadjikistan, 1 d’Estonie, 1 d’Arménie et 1 de Slovénie. Ils font d’une demie à six pages, abordant des sujets différents. On passe du roi aux magiciens en passant par les paysans. En si peu de pages, je me suis pourtant attachée aux personnages, mais pas trop, juste ce qu’il faut pour passer au conte suivant sans regret. 

Je ne connaissais pas les cultures, les coutumes de ces pays, mais grâce à ce livre j’en sais un peu plus.

Tous les contes ne se finissent pas en « Happy End » avec des phrases type « et il vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours », ils ne commencent pas tous non plus par « Il était une fois… » ou « C’est l’histoire de… » 
Stop aux idées reçues sur les contes, on vit au XXI siècle pour ceux qu’ils l’auraient oublié ! 
Pour tout vous dire, j’ai reconnu un conte que mes camarades de classe racontait en primaire (ce qui n’est donc pas si vieux quand on voit mon âge!). Je ne savais pas que c’était un conte d’ailleurs. On se le racontait en une sorte de blague, une petite anecdote rien de plus. Et pourtant s’est un conte de Russie ! 

Évidement, pas de « Je » ici puisque c’est l’auteure qui nous conte ces histoires. Et on s’y croirait vraiment, je vivais les récits comme si j’en étais l’héroïne. J’ai aimé le style de l’auteure, qui s’adapte parfaitement aux contes. Le préface du livre nous explique tout le travail qu’il y a derrière un conte. Le travaille gestuel, les mots employés, le ton à adopter selon les différentes situations, la « projection » des images, etc… Les images c’est très important apparemment, il faut que le public voit la scène, comme si elle était collée à sa rétine. Ce n’est pas raté, car comme dit plus haut, je me croyais dans l’histoire, dans le rôle du héros. Et parfois je « regarde » la scène (un peu comme si j’étais au théâtre si vous voulez). 

J’ai lu ce recueil en une matinée. Il est très court (et ma chronique aussi) et très accrocheur, dés le premier conte j’ai eu envie d’en découvrir plus. 

Ma note : 4/5

Lire un extrait ICI (en bas de la page)
La page Facebook de l’auteure : Krystin Verträlen

 

Challenges 

52livr10 dans Chroniques : Fantastique (58/52 !!)

challengepalezero dans Services de presse/Partenariats (11/36)

abc10 (21/26)

 

Titanic 2.1 : Cannibal City de Colin Bateman 30 mai 2012

Posté par Koko dans : Chroniques : Fantastique,Chroniques : Young Adult,Services de presse/Partenariats , ajouter un commentaire

Titanic 2.1 : Cannibal City de Colin Bateman dans Chroniques : Fantastique 175657couv17572022

2020.
Une terrifiante épidémie a décimé l’humanité et les rares survivants évoluent dans un monde où règne la peur. Miraculeusement épargnés par la maladie, Jimmy la Chance et son amie Claire voguent à bord du Titanic II, un gigantesque navire de croisière. Leur errance les mène de villes dévastées en campements de fortune. Ce qui les attend à New York dépasse pourtant de très loin les horreurs qui ont parsemé leur route.

 

Edition Casterman
Paru le 11/04/12
288 pages
15.00 euros
 

Mon avis :

Merci à Karine de Club de Lecture et aux éditions Casterman pour ce partenariat !

J’ai eu l’excellente surprise, en tenant le livre dans mes mains pour la première fois, de sentir une couverture en relief ! Un vrai plaisir !

Par contre, je trouve la « structure » du roman très mal faite et très peu pratique. Ce que je veux dire par là, c’est que les pages sont mal attachées, c’est fait avec des petits fils et il y en a dans tous les sens… Une bonne partie des pages s’est légèrement détachée, je pense que je ne pourrais jamais le relire…

Ce roman est le deuxième tome de la saga « Titanic », je n’ai pas lu le tome 1, j’avais donc peur de débarquer. Heureusement, l’auteur prend bien le temps de nous expliquer le contexte, l’histoire de La Mort Rouge, le Titanic et de présenter les personnages principaux.

Je pense d’ailleurs lire le premier tome un jour, histoire d’en savoir encore plus sur La Mort Rouge puisque le premier opus parle uniquement de ça d’après ce que j’ai compris.

En 2020 une maladie appelée « La mort rouge » décime la population. Les passagers du Titanic II et quelques autres humains devenus cannibales sont les seuls survivants. Mais il manque une pièce au Titanic II tous les passagers font donc une escale à New York dans le but de la trouver, hélas ils vont découvrir autre chose qu’ils sont bien loin d’imaginer…

Le cannibalisme est l’un des nombreux sujets qui me passionne, même si ce roman est une fiction je n’ai pu m’empêcher de me jeter dessus. C’est loin d’être ce à quoi je m’attendais, car, globalement, j’ai été déçue. Je pensais qu’il y aurait plus de scènes sanglantes, d’informations sur les cannibales… J’aurais vraiment voulu avoir la trouille en lisant ce livre, frissonner sous ma couette mais ce ne fut pas le cas… J’irais même jusqu’à dire que le prologue est LE moment le plus terrible (et pourtant il n’y a rien d’extraordinaire !)… Mais bon, ce livre étant classé en littérature jeunesse c’est normal qu’il soit « light ».

Côté personnages, ils ont été à la hauteur de mes attentes, tous ont un caractère différent. Au tout début, dans le prologue, nous faisons la connaissance de Ronni une jeune fille qui a survécu à La Mort Rouge sans être pour autant cannibale. Ensuite, dans les premiers chapitres Jimmy et Claire la remplace eux aussi survivants de La Mort Rouge, ils résident sur le Titanic II. Vers le milieu du livre, j’ai eu l’énorme plaisir de revoir Ronni, mais sur le coup j’ai pas tilté, quelques secondes après… Biouf ! J’étais très contente de voir que ce n’est pas juste un personnage qui sert à poser les bases (bien au contraire elle va avoir un rôle très important pour la suite…).

Le style de Colin Bateman est fluide, simple et concis. Il ne détaille pas trop, juste ce qu’il faut.

Je clôture ma critique sur un petit détail qui m’a « perturbée » : A la page 8 (donc tout début) du livre il est marqué « Cannibale : personne qui mange de la chair humaine. (Dictionnaire Larousse)

Je ne suis pas d’accord avec cette définition, pour moi, un cannibale ne mange pas forcément de la chair humaine (à moins que cela ne soit un humain lui-même) il mange simplement des êtres de la même espèce que lui. (Oui bon je sais, je cherche un peu la petite bête sur ce coup là)

Ma note : 3,75/5  

La Fille de Braises et de Ronces (Tome 1) de Rae Carson 3 avril 2012

Posté par Koko dans : Chroniques : Fantasy,Chroniques : Young Adult,Services de presse/Partenariats , ajouter un commentaire

La Fille de Braises et de Ronces (Tome 1) de Rae Carson dans Chroniques : Fantasy 597213fillebraisesroncesraecarson

À 16 ans, Élisa est devenue malgré elle l’Élue et l’unique porteuse de la Pierre Sacrée. Bien qu’elle porte le joyau à son nombril, signe qu’elle a été choisie pour une destinée hors normes, la princesse Élisa a déçu les attentes de son
peuple : la population de son royaume ne voit en elle qu’une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée…
Le jour de ses 16 ans, son père l’envoie dans un lointain royaume afin de retrouver son futur mari, un bel homme de
vingt ans son aîné. Mais ce dernier refuse finalement de la reconnaître comme sa femme. Dévastée par la tristesse, Élisa décide alors de prendre son destin en main et de découvrir quelle est sa mission. Alors qu’une armée menée par des êtres aux pouvoirs effrayants s’apprête à envahir et détruire son nouveau royaume, et que chacun à la cour tente de la manipuler, Élisa prend conscience que, non seulement sa vie, mais aussi le monde entier sont en danger. Comment une jeune fille qui ne connaît rien aux arcanes politiques, et tout aussi ignorante des choses de l’amour, pourrait être l’Élue qui sauvera l’humanité ? Élisa doit découvrir au plus vite l’histoire mystérieuse et les pouvoirs de la Pierre Sacrée, avant que l’ennemi ne vienne lui dérober le joyau qui orne son ventre et la prive de son héroïque et tragique destinée…

Edition Robert Laffont collection R
Paru le 09/02/12
400 pages
14.90 euros

Mon avis :

Merci beaucoup à Karine et Anne Sophie de Club de lecture et aux Editions Robert Laffont collection R pour ce partenariat.

Allons droit au but : c’est un coup de coeur, j’ai adoré.

L’héroïne Elisa est extraordinaire, généralement les Héros sont beaux, forts, sympathiques … Bref les personnages types quoi, mais dans ce livre l’héroïne est grosse et pas spécialement belle, on nous le fait savoir à plusieurs reprises d’ailleurs. Les autres personnages sont plus banals mais ils restent tout de même dans l’atypique et cela c’est génial. Une idée originale que Rae Carson a su mettre en valeur, car il faut avouer que des personnages plutôt repoussants c’est un gros risque.

J’ai préféré Elisa aux autres, mais très vite Cosmé m’a également séduite. Aucun ne m’a déplût, en fait.

Ce roman est à mi-chemin entre le Young Adult et le Fantasy. En effet, il est question de Pierres Sacrées, de Royaumes en guerre et de Prophétie.

Tout tourne autour des Pierres Sacrées, puisque le peuple des Invierne (les méchants) doit posséder 10 Pierres Sacrées afin que la prophétie se réalise et que les « Invienne » deviennent les maîtres du monde.

Elisa en possède une, elle est l’élue du siècle : en effet, tous les 100 ans un ou une élu(e) est désigné(e) pour porter une Pierre sur son nombril. Ainsi, les Invierne vont la poursuivent dans le seul but posséder une pierre de plus.

L’histoire avance à chaque chapitre, on ne traîne pas sur les détails inutiles.

C’est une trilogie, et, pour une fois, le premier tome ne pause pas trop les bases, il y a de l’action, mais aussi du suspens et des rebondissements dès le début ; le premier chapitre est consacré au mariage forcé d’Elisa autrement dit le commencement de l’histoire.

C’est le premier roman de Rae Carson. J’ai été séduite par son style dès les premières lignes. Il est fluide, sans accrocs et pour tous publics.

Malgré que ce soit une trilogie, la fin de ce premier opus est bien bouclé de manière à nous donner envie de lire la suite.

J’attends avec impatience le tome 2 qui est prévu pour Octobre (Rho super, avec un peu de chance je pourrais l’avoir pour mon anniversaire ^^)

Ma note : 5/5 largement mérité, c’est un gros coup de cœur !

12

plgphilippeloiseaughezzo |
lecturesetc |
diopblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Havana 505
| lesmarchombres
| manakitiare