navigation

Time Riders (Tome 2) Le jour du prédateur d’Alex Scrarrow 2 septembre 2012

Posté par Koko dans : Chroniques : Science Fiction,Chroniques : Young Adult,Services de presse/Partenariats , 2 commentaires

Time Riders (Tome 2) Le jour du prédateur d'Alex Scrarrow  dans Chroniques : Science Fiction 712780couv13435874

Ne jouez pas avec le temps…

Liam aurait dû mourir en mer en 1912.

Maddy aurait dû mourir d’un accident d’avion en 2010.

Sal aurait dû mourir dans un incendie en 2026.

Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders.

Leur mission : empêcher que les voyages dans le temps ne détruisent l’Histoire.

Suite à une erreur de Maddy, Liam se retrouve bloqué 65 millions d’années en arrière, sur le terrain de chasse de dinosaures plus féroces les uns que les autres. Le garçon doit trouver un moyen de contacter Maddy et Sal au plus vite, s’il veut éviter d’être mis en pièces. Mais ne risque-t-il pas s’endommager l’Histoire et de créer une nouvelle – et terrifiante – réalité ?

 

Edition Nathan
Paru le 07/06/12
441 pages
15.50 euros

 

Mon avis :

Tout d’abord, merci aux Editions Nathan pour ce service presse.

Liam était parti en 2015 au Texas pour protéger Edward Chan qui devait se faire tuer par un voyageur dans le temps, jusque là rien de bien extraordinaire. Mais en le faisant rentrer Maddy va faire une erreur et l’envoyer au temps des dinosaures… Sans le savoir. 

Je suis très contente de retrouver nos trois Time Riders dans ce deuxième tome qui est aussi bon que le premier ! Les rares lacunes que j’avais vus dans le tome 1 ont disparus. Par exemple, j’avais trouvé que Sal (âgée de 13 ans) ne faisait pas son âge, parfois j’avais l’impression qu’elle avait 10 ans et d’autres que c’était une adulte… Mais là, aucun soucis de ce coté, s’est une Sal qui à vraiment 13 ans !
Bon, il y a quand même quelque chose que j’avais repérer dans le tome 1 qui ne s’arrange pas vraiment ici : le fait qu’on ne sache rien sur le mode de vie des Time Riders. Je voudrais bien savoir comment ils font pour se laver par exemple, car je vous rappelle qu’ils vivent dan une arche toute en béton… Dans le fond, je ne suis pas sûre que se soit très utile de savoir tout ça car c’est loin d’être le sujet principal. L’auteur veut une saga qui parle de voyage dans le temps pas du mode de vie de trois ados sans parents destinés à revivre une semaine de 2001 tout le temps. 

Ce tome est très axé sur les dinosaures. On apprend pleins de choses à leur sujet. Alex Scarrow invente une espèce de dinosaure capable de communiquer entre eux et très ressemblant aux humains (physiquement). On se glisse même dans la peau du chef de la bande. Cette espèce de dinosaure peut imiter la « voix » des autres espèces et c’est ainsi qu’ils se défendent : 
1- Repérer un être vivant égaré des autres 
2- Capter sa « voix » et l’imiter
3- Le dinosaure viens automatiquement vers celui qui imite son cri 
4- Et il se fait tailler en pièce.
Pratique hein !

La dernière ligne du livre est… Youhou ! Je n’ai qu’une chose à dire : Vivement le tome 3 !! (qui sort le en octobre)

Ma note : 4,75/5 Aussi bon que le T1 !

Terrienne de Jean-Claude Mourlevat 31 juillet 2012

Posté par Koko dans : Chroniques : Science Fiction,Chroniques : Young Adult , 4 commentaires

Terrienne de Jean-Claude Mourlevat  dans Chroniques : Science Fiction 282185couv73483314

Cela fait des mois qu’Anne est sans nouvelles de sa soeur, Gabrielle. Elle a disparu le soir de son mariage et, depuis, pas le moindre signe de vie. Jusqu’au jour où Anne reçoit un énigmatique message de Gabrielle, l’appelant à son secours. Elle est en danger mais où? Accompagnée d’un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, Anne passe alors brusquement «de l’autre côté». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial : Estrellas. Là-bas ils ne respirent pas, ils sont dénués de sentiments, et les humains sont leurs esclaves. Elle découvre que les dignitaires font enlever des Terriennes pour en faire leur compagne. Gabrielle est retenue prisonnière. A la recherche de sa soeur, Anne tombe amoureuse de Bran, un hybride, qui va trahir son peuple pour l’aider. Au péril de leur vie, ensemble, ils parviennent à sauver Gabrielle, et tous trois s’enfuient pour retourner sur Terre. Bran ne peut pas revenir dans son monde. Il reste avec Anne.

 

Editions Gallimard Jeunesse
Paru le 20/01/11
386 pages
16.00 euros

 

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du Livra’deux pour pal’addict organisé sur Livraddict. 
Mon binôme est Michou Smile

Souvenez-vous… J’avais eu ce livre à un swap y a quelques temps et je remercie beaucoup Maliae qui me l’a offert !

Anne a perdu sa sœur il y a 1 an, juste après qu’elle se soit mariée. Et depuis plus aucune nouvelle. Anne va découvrir un « passage » vers un autre monde, une autre dimension (la petite route en question se nomme « Campagne »). Sa sœur s’y trouve, elle en est certaine car elle lui a envoyé un message depuis cette dimension. Il ne reste plus qu’à la retrouver…

J’ai adoré le personnage d’Anne, pour moi elle a toutes les qualités pour être une bonne héroïne (elle sait où elle va, elle sait ce qu’elle fait etc…)  ! 
Au tout début du livre on fait la connaissance de Virgile, un vieil écrivain qui va aider la jeune fille. 
Spoiler :
Mais il meurt au milieu du livre, dommage j’aurais bien voulu le connaître un peu plus.
Gabrielle est la sœur d’Anne, évidement je vais pas vous en parler ça spoil trop !
Il y a aussi Bran, un « pas Terrien » qui arrive un peu après.

J’ai déjà lu du Jean-Claude Mourlevat, « Le combat d’hier » que j’avais trouvé assez bof, mais bon j’en avais tellement entendu parler que je m’attendais à une bombe littéraire et finalement non… Bref, je connais déjà le style de cet auteur. 
J’ai eu le plaisir de retrouver sa plume dans ce roman, et je n’ai pas été déçue ! J’ai vu quelques ressemblances avec Le combat d’hiver mais rien de bien solide, et tant mieux, sinon je me serrais peut-être ennuyée.

L’histoire avance un peu à chaque chapitre, on en sait plus sur le monde parallèle et l’enlèvement de Gabrielle tout le temps. Au début on nage un peu dans le brouillard, on débarque dans la vie d’Anne en ne sachant rien. Le résumé est assez trompeur par rapport aux premières pages, dés la première ligne on fait la connaissance de Virgil (sans savoir qui il est ni son importance pour la suite) et d’Anne qui est totalement transformé à la fin. 
Dans l’autre dimension, on rencontre quelques « personnes » non terriennes (certaines sympathiques et d’autres exécrables). Les habitants de l’autre monde ne respirent pas, ne rigolent pas (ils « cliquettent » pour compenser), ne toussent pas, n’éternuent pas, et j’en passe. Et vous savez pourquoi ? Car s’est sale selon eux… Ils vivent dans le monde de l’extrême propreté. (Mais il y a quand même des points positifs dans leur monde, par exemple ils ne payent rien. Vous imaginez un peu, se servir dans les magasins à volonté sans sortir votre porte feuille ! D’ailleurs, je pense pas que l’argent existe là-bas. Ha mais j’oubliais l’argent est sale ! Non, non je fais pas de jeu de mots… ! ) 
Au fait, une dernière anecdote sur le monde parallèle : Quand les gens meurent (vers 50 ans) ils s’assoient par terre, n’importe où, chez eux, dans le bus, au restaurant… Et ils ne bougent plus. Ensuite la brigade sanitaire vient les chercher et les emmènent se faire incinérer. Mais qu’est qui est passé par la tête de Jean-Claude Mourlevat ??? Franchement qui aurait une idée pareil ! 

En bref, il y a de bonnes idées bien exploitées ce qui m’a fait passé un très bon moment dans une autre galaxie !

Ma note : 4,5/5 

Citation : Dans ma chambre du douzième étage, on pourrait loger trois familles napolitaines. Du lit à la salle de bain je compte quinze pas. Quelle idée saugrenue de faire si grand ! Je m’assois sur le lit et j’écoute Keane sur mon iPod. Je n’ai jamais entendu aucune musique ici. Comment les gens font-ils pour supporter ça ?
Page 151, ligne 5 à 10.

plgphilippeloiseaughezzo |
lecturesetc |
diopblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Havana 505
| lesmarchombres
| manakitiare